ga('send', 'pageview');
BiDkDOGCEAAsZF9-1
 

Communiqué de Presse, (Chronique du Sud-Est N°11)

Suite aux dérapages de Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front National et candidat aux élections européennes dans la circonscription Sud-Est, lors de sa dernière réunion publique du mardi 20 mai à Marseille, nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après la chronique n°11 de Sylvie Goulard, tête de liste UDI-MODEM Les Européens Sud-Est, intitulée : « Dédiaboliser »? Le diable est l’esprit de la négation.

« Dédiabolisé », dites-vous ? « Dédiabolisé », vraiment ? Dans la langue française, « diaboliser » existe, mais pas « dédiaboliser ». Ce mot ne veut rien dire et trompe les Français.

Chronique du Sud-Est n° 11 : « Dédiaboliser » ? Le diable est l’esprit de négation

« Dédiaboliser », se débarrasser du diable ? Je crois l’entendre ricaner d’ici. Dans Faust, le grand chef d’œuvre de Goethe, Mephisto dit : « je suis l’esprit de négation ».

L’esprit de négation n’a jamais été si puissant! L’esprit de négation veut détruire l’Union européenne. L’esprit de négation veut casser l’euro. L’esprit de négation veut mettre fin à la liberté d’aller et venir.

Négation car, pour y croire, il faut s’aveugler sur le monde qui émerge, en 2014. Négation car, pour appliquer ce programme de « libération », il faut rétablir des contrôles policiers, des barrières, des entraves. Négation car, pour choisir un chemin solitaire, il faut défaire les liens noués par nos aînés sur un continent exigu et trop longtemps meurtri.

Négation et tromperie. En cassant la monnaie unique, la France créerait des problèmes graves. Comment nos relations avec nos partenaires européens pourraient-elles rester paisibles et harmonieuses ? Personne de sensé ne peut croire à ce divorce frais et joyeux.

Pour ceux qui douteraient encore : le diable est toujours là, en personne. Sa photo trône devant toutes les écoles de la région Sud Est.

Un diable qui refuse les débats pour ne pas déraper, pour mieux cacher le bout de sa queue et ses petites cornes. Il ne faudrait pas qu’il répète les horreurs qu’il assenait jadis et que personne, malgré la soi-disant « dédiabolisation » n’a jamais reniées : xénophobie, antisémitisme, négationnisme. Pourtant, le vernis politiquement correct et la teinture blonde platine, appliqués pour la forme, se ternissent et craquellent : le diable ressurgit.

L’Union européenne, ce sont des valeurs d’ouverture, de tolérance, de démocratie. Ce sont des projets positifs. C’est l’envie de construire un monde plus juste, plus solidaire, fondé sur le droit, une Europe plus forte.

« Non à Bruxelles » ? Non à nos partenaires, à la coopération, à la parole donnée, à la raison ? Ouvrez les yeux. Il est là devant vous.

Le diable n’est pas toujours dans les détails.

Sylvie Goulard

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !